Présentation du manuscrit Barbe

Musique française du XVIIe siècle pour luth, tiré du manuscrit Barbe ; avec comme compositeurs : Gautier, Gallot, Dufaux, Mouton, Edmon …

 Videos ici

Jean-Luc Rouxel

Le manuscrit Barbe

L’auteur de ce manuscrit, compilation de Pièces pour luth de différents auteurs, en tablature française, Jean-Baptiste Barbe (1675-1759) était un notable de Montferrand et Clermont, membre-fondateur de la Société littéraire ainsi que l’un des directeurs du Concert public de cette dernière ville. Ses plus proches collègues s’accordaient à louer « ses lumières étendues et la douceur et la modestie avec laquelle il les communiquoit », ainsi que « les agréments de son commerce particulier ».

Dans cette anthologie, sa rédaction se situant entre 1690 et 1700, nous retrouvons une compilation de choix de pièces de musiciens contemporains et de ceux de la génération précédente, tels que Gautier, le jeune et le vieux, Dubut, Gallot, Dufaux, Edmond, Mouton… tous les grands maîtres français de l’époque. Le succès de ces pièces, depuis leur création, au milieu XVIIe siècles, jusqu’au changement de style, avec Lully, Robert de Visée, à la fin de ce même siècle, ne s’est jamais démenti. Nous le constatons au nombre de copies qu’elles ont suscitées. Ainsi certaines d’entre elles se retrouvent dans pas moins de 33 manuscrits différents, telle L’Immortelle du V. Gautier (2). De nos jours dispersés dans des bibliothèques en Allemagne, Pologne, Angleterre, Italie…, nous les retrouvons aux 4 coins de l’Europe, ainsi qu’aux Etats-Unis.

Le manuscrit Barbe comporte 180 pièces et je vous présente une trentaine par programme. L’ordre des pièces peut paraître aléatoire, entre la forme ancienne du couple traditionnel pavane-gaillarde et avant la suite classique, allemande-courante-sarabande-gigue, nous sommes en ce milieu du XVIIe siècle dans un enchaînement plus libre qui annonce les « ordres » à la Couperin. Malgré tout, ces pièces, de différents auteurs, ont été regroupées par tonalité par un luthiste éclairé qu’était sans aucun doute Jean-Baptiste Barbe. Rédigé avec particulièrement de soin et un souci de précision, nous trouvons dans ce manuscrit des indications techniques, choses assez rare pour l’époque, tels les doigtés de mains droite et gauche, ainsi que des indications de barrés, de notes et doigts tenus, de liaisons et d’indications d’accentuations, rédigées à l’encre rouge pour la clarté de la lecture.

Chaque tonalité privilégie des notes différentes, ce qui nécessite, pour le luthiste, un accordage différent à chaque changement de tonalité. De plus, l’auteur du manuscrit s’est appliqué à créer un enchaînement contrasté et vivant, avec des éléments communs, même quand ces pièces ne sont pas d’un même compositeur ; j’ai respecté cet ordre.

***

Rés. Vmb. Ms. 7, dit manuscrit Barbe, Bibliothèque Nationale de France, Département musique
 ***

Critique dans « Le Joueur de Luth » – Hiver 2015-2016

***

Télécharger une présentation en pdf du programme « Au cœur du baroque, le manuscrit Barbe » – 1er extrait du manuscrit Barbe

***

Télécharger une présentation en pdf du programme « La chèvre, le mouton et la tourterelle » – 2e extrait du manuscrit Barbe

***

Publicités